À découvrir

Maghrébins et emploi : Intolérable !


Maghrébins et emploi : Intolérable ! 

Par Samy Chikhaoui 


Ce que l’on savait déjà vient d’être confirmé au-delà de tout doute par Statistiques Canada. En effet, l’organisme fédéral, vient de publier des chiffres à vous glacer le sang dans les veines quand on songe à l’avenir de l’intégration économique de notre communauté au Québec. Les chiffres sont effarants, ils frisent l’indécence. Au sein même du segment le plus actif de notre communauté, autrement dit les personnes âgées entre 25et 54 ans, le taux de chômage est de 28%, alors que pour la même année (2006) le taux de chômage au Québec plafonnait à 6.3%. Comme le souligne le quotidien La presse « À statistiques Canada, le sort des nouveaux arrivants nés en Afrique du Nord  n’est pas passé inaperçu. Aucun groupe au Canada n’a une situation aussi peu enviable, note Christel Lepetit, responsables à Statiques Canada des analyses tirées de l’enquête sur la population active. »

Ce que le quotidien La presse oublie de mentionner dans son article et qui accentue encore plus l’impact de ce taux de chômage terrifiant, est le fait que les Nord Africains comptent parmi les personnes les plus jeunes du Canada et donc les plus aptes à travailler. À cet effet, Statistiques Canada révèle qu’en « 2006, le Canada comptait quelque 2,1 millions d’immigrants âgés de 55 ans et plus, et la grande majorité de ceux-ci (93%) étaient des immigrants de longue date. En fait, la plupart d’entre eux se sont établis au Canada avant 1986. La majeure partie de ces immigrants plus âgés sont natifs de deux régions, soit de l’Europe (59 %) et de l’Asie (25 %). »

Les raisons derrière cette descente aux enfers des maghrébins, sont bien évidement, très nombreuses. Mais on continue de privilégier les explications prêtes à emporter, comme la non reconnaissance des diplômes obtenus à l’étranger, le manque d’expérience canadienne, etc.

Cette étude démontre que l’intégration économique des Maghrébins au Québec est  très en retard par rapport aux autres provinces. Cela prouve surtout que le débat sur les accommodements raisonnables qui n’est, jusqu’à maintenant qu’une autre spécificité culturelle du Québec, est en train de cacher le vrai débat autour des véritables enjeux de l’immigration qui s’articulent autour de l’intégration au marché de l’emploi. Entre ceux qui veulent des budgets pour franciser des immigrants francophones et ceux qui veulent soustraire l’immigrant de ses racines par la force de la loi, le Maghrébin se retrouve chômeur et sans espoir de surcroît. Nous sommes de ceux qui ont toujours tiré la sonnette d’alarme sur les risques et les dérives incalculables que pourrait susciter une telle situation si elle venait à durer indéfiniment. Le chômage est destructeur. Destructeur de familles, de personnes, de rêves, de bonne volonté, le chômage est destructeur de vies, point final. La province du Québec doit faire de l’intégration économique des Maghrébins une priorité absolue. Nous sommes las des milles est une promesses, des discours dithyrambiques encensant les mérites et les atouts des Maghrébins, alors que dans les faits nous sommes toujours au bas de l’échelle. Nous sommes las des mensonges, de l’hypocrisie et de tous les dénis des réalités. 

Au Québec aujourd’hui, il ne serait pas exagéré ni faux d’ajouter aux synonymes du mot chômeur, le mot Maghrébin. En effet, au Québec un chômeur est un Maghrébin et un Maghrébin est un chômeur. La langue française s’enrichit, suivons le rythme en maintenant la cadence.


Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to top button