À découvrir

Exemption des frais de scolarité par le consulat : un véritable labyrinthe de pan !


Exemption des frais de scolarité par le consulat :

 un véritable labyrinthe de pan !

 « C’est avec un vrai coeur brisé que j’écris ce message, car même si notre pays ne fait pas trop d’efforts pour la classe estudiantine, nos responsables ne nous donnent même pas une chance avec d’autres pays « . Ceci n’est pas un extrait tiré d’un roman de Kafka, mais l’extrait d’une lettre envoyée par Adelhalim pour décrire sa déception et ses frustrations face aux méthodes d’octroi des exemptions des frais de scolarité pour les étudiants algériens du Québec. Un vrai cri du coeur, un cri étourdissant lancé à la face d’une administration qui peine à bâtir un lien de confiance avec les citoyens qu’elle est supposée servir. Selon de nombreux étudiants qui ont essuyé le même refus, la réponse reste froide et laconique :  » Nous avons épuisé notre quota  » La messe est dite !!

Sur le site Internet de notre Consulat, on trouve des informations utiles sur tous les services offerts, de la carte d’identité au service national en passant par l’autorisation paternelle, mais rien sur les modalités d’octroi de cette fameuse exemption ni même sur son existence ou sur le nombre de bourses disponibles chaque année. Qui sont les étudiants qui profitent de cette exemption ? Quels sont les critères sur lesquels se base-t-on pour les sélectionner ? Existe-t-il des normes respectées rigoureusement ou sommes-nous en présence d’un privilège réservé à des cercles restreints ?
L’exemption des frais de scolarité est une modalité à travers laquelle le gouvernement du Québec permet aux étudiants étrangers de bénéficier des même frais de scolarité que les étudiants québécois à condition d’être recommandés par leur gouvernement. Les frais de scolarité au Québec sont excessivement élevés pour les étudiants étrangers qui, jusqu à très récemment, n’avaient pas le droit de travailler dans la province avec leur visa d’étudiant.

Il est quand même curieux pour ne pas dire déplorable de voir, en 2007, des citoyens se plaindre encore du secret et du catimini qui caractérise la gestion d’une administration dont l’existence même est strictement liée au bien être de la communauté. N’est-il pas temps de lever toutes les équivoques et autres soupçons de favoritisme en permettant aux membres de la communauté de connaître enfin les modalités de sélection et d’attribution de ces exemptions et rassurer ainsi les sceptiques et les citoyens qui se sentent lésés et marginalisés ?

 

Par Salamontreal

 


 

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to top button